mardi 3 février 2009

Ciné: Slumdog Millionnaire, de Danny Boyle

Jamal Malik a grandi dans les taudis de Mumbai. Il est un slumdog – littéralement, chien des bidonvilles – comme on dit. A 18 ans, il s’apprête à remporter la somme de 20 millions de roupies à la version indienne de « Qui veut gagner des millions ? ». Un succès qui éveille les soupçons de la police. Comment ce gosse des rues a-t-il fait pour connaître les réponses ? Il se voit empoigné, torturé et interrogé… Il ne peut qu’avoir triché. Commence alors le moment des aveux. En toute sincérité, Jamal nous raconte une jeunesse comme les autres, dans les bas fonds de Bombay. Pourtant, des émeutes religieuses aux tortionnaires d’enfants, le jeune garçon a suffisamment vécu pour connaître le nom de l’inventeur du révolver ou du président sur un billet de 100 dollars.

L’histoire est belle, simple et suffisamment irréaliste pour nous conforter sur un point : nous sommes bien au cinéma ! Jamal est ce héros des temps modernes, que les expériences de vie, aussi douloureuses soient-elles, conduisent vers la réussite. Tout droit sorti d’un livre pour enfant. Si bien que la mafia et les autres menaces sont presque atténuées. Dommage…
Mais Slumdog Millionnaire, c’est la fraicheur d’une destinée sur fond de crasse et de misère. Un clin d’œil au cinéma bollywoodien qui ne manque pas d’attendrir le public. Le film est un succès, sans conteste. Les spectateurs ont une envie irrépressible d’applaudir aux dernières notes du générique, chanté et dansé à la Bollywood par les comédiens.

Des couleurs vives, un univers chatoyant, une histoire touchante, du suspense justement dosé. Slumdog a tout d’un bon film. La force de Danny Boyle est là : un scénario en béton et une construction complexe admirablement bien menée. Du plateau télé aux souvenirs d’enfance, en passant par le commissariat, il nous entraine dans une série de flash back aussi haletants que surprenants. Le film est rythmé, énergique. A l’image d’un Jamal dont le cœur bat pour une seule et même cause : retrouver sa dulcinée. Car bien sûr, Slumdog Millionnaire ne déroge pas à la règle des grands classiques du cinéma : une histoire d’amour trépidante, livrée à tous les dangers !


Slumdog Millionnaire, de Danny Boyle, sorti le 14/01/09
Avec Dec Patel, Mia Drake, Freida Pinto

2 commentaires:

Arturo a dit…

Ce un film superbe !!!
Gagnant de Oscar 2009!!!
Bonne dimanche et bonne semaine !
A bientôt !
www.lacoctelera.com/galeria59

Arturo a dit…

Genial Danny Boyle !
Interviu a M.Danny Boyle Hotel Rich Madrid

www.lacoctelera.com/galeria59
www.youtube.com/galeria59